Ville de Margny-Lès-Compiègne - Une ville qui bouge !

Ville de Margny-Lès-Compiègne - Une ville qui bouge !

Navigation principale

Infos...

La Région Hauts de France, en partenariat avec l'Agglomération de la Région de Compiègne et les entreprises du Compiégnois, lance un site internet pour consulter les offres d'emploi à proximité.
Contact : 0344854468 ou severine.pillon@prochemploi.fr

En savoir plus...

Carte interactive

Carte interactive

Les associations

Consulter l'annuaire des associations de la ville de Margny-les-Compiègne.

Entrez

Comment venir

Hôtel-de-Ville :
117 avenue Octave Butin
BP 90109
60281 Margny-Lès-Compiègne Cedex
Tél. : +33 (0) 3 44 90 73 00
Fax : +33 (0) 3 44 83 23 95

E-administration

En ligne: paiement restauration scolaire, multi-accueil et démarches administratives.

Entrez

à ne pas manquer...

Liens utiles

Vous êtes dans : Accueil > Agenda > 06-2015 > Exposition : André François fait son cinéma

Exposition : André François fait son cinéma
Du 13 juin 2015 au 7 novembre 2015

Centre André François

_____________________________________________________________________

Exposition : André François fait son cinéma

Centre André François - du 13 juin au 7 novembre 2015

Notre nouvelle exposition « André François fait son cinéma » a ouvert ses portes le samedi 13 juin  2015.

Elle présente les affiches réalisées par André François pour les films de Pierre Etaix, Daniel Goldenberg, Edouard Luntz, Joseph Losey ou Nagisa Oshima et un ensemble de productions liées à l’audio-visuel.

L’affiche de cette exposition reprend une photographie où André François pose de dos sur l’affiche du Soupirant de Pierre Etaix, dans son atelier de Grisy-les-Plâtres, vers 1963. Elle est issue du catalogue André François, affiches et graphisme  d’Anne-Claude Lelieur, conservateur général de la Bibliothèque Forney, et Raymond Bachollet (Bibliothèque Forney, 2003).

Pour le Centenaire de la naissance d’André François, le Centre Régional de Ressources sur l’Album et l’Illustration présente une facette de l’œuvre de cet immense artiste du XXème siècle.

Le samedi 20 juin à 14h30, a eu lieu le vernissage d’ « André François fait son cinéma » , occasion pour le public de découvrir les affiches réalisées pour les films de Pierre Etaix, Joseph Losey, Daniel Goldenberg, Edouard Luntz et Nagisa Oshima mais également le générique du « Bal des vampires » de Roman Polanski. Des dessins du maître parus dans la revue « L’Ecran français » ainsi que des photos de plateau extraites de la collection de la Cinémathèque française permettront de rendre sensible la façon dont la proposition de l’artiste s’est articulée avec le travail du cinéaste.

Marguerite Vappereau, docteur en histoire du cinéma est commissaire de cette exposition.

La photo d’André François, de dos, sur le visuel de notre exposition a été prise dans l’atelier de Grisy-lès-Plâtres vers 1963: elle a été « malicieusement réalisée grâce au dessin de son affiche pour « Le Soupirant » de son ami Pierre Etaix . (Sources : André François ; Affiches et graphisme , Anne-Claude Lelieur et Raymond Bachollet, Bibliothèque Forney, 2003)

Nous vous attendons nombreux au 1er étage de la Médiathèque Jean Moulin à Margny-lès-Compiègne.

_____________________________________________________________________

Autour de l’exposition

Vernissage de l’exposition le samedi 20 juin 2015, à 14h30.

Marguerite Vappereau, docteur en histoire du cinéma et commissaire d’exposition vous présentera son catalogue d’exposition « André François fait son cinéma » . Découvertes des affiches réalisées pour les films de Pierre Etaix, Joseph Losey, Daniel Goldenberg, Edouard Luntz et Nagisa Oshima mais également le générique du « Bal des vampires » de Roman Polanski, des dessins parus dans la revue de « L’Ecran français » ainsi que des photos de plateau extraites de la collection de la Cinémathèque française

Conférences de Marguerite Vappereau, les lundi 22 juin et mercredi 23 septembre 2015, à 14h30, autour de :

André François (1915-2005), peintre, sculpteur, graphiste, affichiste, caricaturiste, est un artiste aux multiples facettes. L’exposition de l’été-automne 2015 au Centre André François de Margny-lès-Compiègne cherche àexplorer ses créations pour le septième artet, plus largement,pour les festivals ou la télévision.

Si la durable collaboration avec le cinéastePierre Etaixdepuis les années 60 est encore dans les esprits – on se souvient des affiches du Soupirant , deYoyo , du Grand Amour  ou du Pays de Cocagne -,  on a souvent oublié ses collaborations avec des cinéastes comme Roman Polanski (André François a pourtant réalisé le très mémorable générique du Bal des vampires ), Joseph Losey (La Truite  avec Isabelle Huppert, Jean-Pierre Cassel et Jeanne Moreau), Edouard Luntz (L'Humeur Vagabonde  avec Jeanne Moreau et Michel Bouquet), Nagisa Oshima (Max mon amour  avec Charlotte Rampling) ou Daniel Goldenberg (Le portrait de Marianne  avec Claude Brasseur) ; ses dessins d’humour pour des revues comme L’Écran français , incontournables dans la période d’après-guerre, ou Télérama ; enfin, ses films d’animation pour la publicité ou le jeune public.

L'intervention de Marguerite Vappereau, docteur en histoire du cinéma et commissaire d'exposition, s'attachera à retracer les grands jalons de ce parcours riche et foisonnant, avant d’ouvrir une discussion autour du rapport entre l’image fixe, telle que l’affiche ou l'illustration, et le film.

Qu’est-ce qu’une affiche de cinéma nous dit d'un film ?

Comment ces images parfois inoubliables ont-elles germées dans l’esprit d’un artiste tel André François ?

Clôture de l'exposition le 9 novembre, jour du Centenaire de la naissance d'André François :

Projection du court métrage de Sarah Moon “André François, l'artiste” , en présence de Marguerite Vappereau :

Lors d'entretiens commencés en 1999, Sarah Moon interviewe l'artiste qui s’imagine d'abord soumis à un supplice chinois. Sur une musique de Jean-Sébastien Bach (Suites pour violoncelle seul), la photographe provoque André François avec des mots choisis - l'inspiration, la passion, les sirènes, l'autoportrait, la femme, le temps, les saisons…  -, qui l’invitent à nous dévoiler, avec son humour et sa tendresse, une part de lui-même. En décembre 2002, un incendie survint ; ce film montre aussi l'atelier sinistré et le courage de cet homme de 87 ans à se remettre au travail dépassant cette perte irrémédiable. Tel le phœnix, André François a créé une œuvre nouvelle.

Visites commentées (sur ou sans réservation) 

  • Haut de page