Ville de Margny-Lès-Compiègne - Une ville qui bouge !

Ville de Margny-Lès-Compiègne - Une ville qui bouge !

Navigation principale

Infos...

La Région Hauts de France, en partenariat avec l'Agglomération de la Région de Compiègne et les entreprises du Compiégnois, lance un site internet pour consulter les offres d'emploi à proximité.
Contact : 0344854468 ou severine.pillon@prochemploi.fr

En savoir plus...

Carte interactive

Carte interactive

Les associations

Consulter l'annuaire des associations de la ville de Margny-les-Compiègne.

Entrez

Comment venir

Hôtel-de-Ville :
117 avenue Octave Butin
BP 90109
60281 Margny-Lès-Compiègne Cedex
Tél. : +33 (0) 3 44 90 73 00
Fax : +33 (0) 3 44 83 23 95

E-administration

En ligne: paiement restauration scolaire, multi-accueil et démarches administratives.

Entrez

à ne pas manquer...

Liens utiles

Vous êtes dans : Accueil > Agenda > 07-2015 > Cérémonie du souvenir du dernier "Train de la mort"

Cérémonie du souvenir du dernier "Train de la mort"
Le 5 juillet 2015

Mémorial du Wagon de la Déportation

........................................................................................................................................................................................

Cérémonie du souvenir du dernier "train de la mort"

dimanche 5 juillet 2015 - Mémorial du Dernier Train - 9h30

Camp de Compiègne - Royallieu - Frontstalag 122 - Dimanche 2 juillet 1944 : à 6h30, 2162 détenus quittent le camp, à pied, sous bonne garde, en direction de la gare de Compiègne. Ce convoi est le plus important qui n’ait jamais quitté Compiègne. Il est resté tristement célèbre sous le nom de « Train de la mort », en raison du nombre élevé de décès survenus durant le voyage.

Cérémonie 2015 :

  • 09h15 : rassemblement des sociétés et harmonie au Mémorial du Wagon de la Déportation
  • 09h30 : dépôt de gerbe au Mémorial du Wagon de la Déportation
  • Dimanche 2 juillet, 9h15, le train n° 7909 quitte la gare de Compiègne en direction de l’Allemagne.Dans 25 des 37 wagons de marchandises, les nazis ont entassé une centaine d’hommes. La chaleur envahit rapidement les wagons. Le train roule lentement.
  • A 10h05, il passe à Soissons.
  • A 11h05, le sabotage de la voie l’oblige à stopper à Saint Brice, quelques kilomètres avant Reims. Les dégâts sont peu importants. Après un arrêt de plus de trois heures sous un soleil de plomb, il reprend sa route à 14h20.
  •  A 14h35, il s’immobilise en gare de Reims. La chaleur, le manque d’eau et l’asphyxie sont déjà à l’origine d’une centaine de décès.
  •  A 15h10, il repart, mais après un court trajet, un nouveau sabotage fait dérailler la locomotive au niveau de l’aiguillage du dépôt de Bétheny.En attendant le relèvement de la locomotive, les wagons sont ramenés par une loco de manœuvre à la gare de Reims, sur une voie de garage, où ils stationnent en plein soleil de 15h50 à 20h. Les morts se succèdent pendant ce long arrêt, alors que la chaleur est suffocante. Des détenus médecins appellent les services sanitaires. Les nazis entrouvrent quelques portes.
  • Encore deux jours de périples interminables, le convoi arrivera le mercredi 5 juillet à Dachau-gare à 15h.
  • A 16h30, les survivants font leur entrée au KL Dachau alors que les corps sans vie sont extraits du train puis transportés directement au crématoire sans être enregistrés.530 hommes recensés par la Fondation, 984 d’après les chiffres du camp, ont trouvé la mort à l’intérieur des wagons pendant les 4 jours de trajet.

1629 survivants seront enregistrés au KL Dachau les 5 et 6 juillet 1944. Les matricules 76418 à 78047 sont inscrits sur le registre d’immatriculation du camp.

  • Haut de page