Ville de Margny-Lès-Compiègne - Une ville qui bouge !

Ville de Margny-Lès-Compiègne - Une ville qui bouge !

Navigation principale

Infos...

Carte interactive

Carte interactive

Les associations

Consulter l'annuaire des associations de la ville de Margny-les-Compiègne.

Entrez

Comment venir

Hôtel-de-Ville :
117 avenue Octave Butin
BP 90109
60281 Margny-Lès-Compiègne Cedex
Tél. : +33 (0) 3 44 90 73 00
Fax : +33 (0) 3 44 83 23 95

E-administration

En ligne: paiement restauration scolaire, multi-accueil et démarches administratives.

Entrez

à ne pas manquer...

 

 

Liens utiles

Vous êtes dans : Accueil > Agenda > 05.2020 > Journée nationale de la Résistance

Journée nationale de la Résistance
Le 27 mai 2020

Pas de rassemblement au Monument aux Morts

_____________________________________________________________________

Commémoration Journée nationale de la Résistance

27 mai : le symbole de l'union

La date du 27 mai fait référence à la première réunion du Conseil national de la Résistance (CNR) qui s'est déroulée le 27 mai 1943 dans l'appartement de René Corbin, au premier étage du 48 rue du Four à Paris.

Délégué du général de Gaulle, Jean Moulin souhaitait instaurer ce conseil dans le but d'unifier les divers mouvements de Résistance souvent désorganisés et cloisonnés et de coordonner l'action de la Résistance. Sous la présidence de Jean Moulin, le Conseil national de la Résistance réunit les représentants des huit grands mouvements de résistance, des deux grands syndicats d'avant-guerre ainsi que les représentants des six principaux partis politiques de la troisième République.

Après la Libération, le programme d'action de la Résistance, connu sous le nom "Les jours heureux", paraît en 1944 et conduit à la mise en œuvre de réformes économiques, sociales et politiques donnant la priorité à l'accès à l'éducation pour tous et posant les bases du modèle social français. Il inspire également la rédaction du préambule de la Constitution de la quatrième République, qui fait partie des textes fondamentaux de notre droit actuel.

Le sacrifice, les souffrances et le courage de ceux qui ont combattu ne doivent, en aucun cas, être oubliés malgré le temps qui passe.

Chaque année nous mettons en lumière le sacrifice des  60 millions de personnes qui sont tombées, tuées par la barbarie nazie pendant la Seconde Guerre mondiale.

Se souvenir, c’est empêcher que les horreurs commises ne recommencent un jour.

Cette année est particulière. Malgré les circonstances qui nous empêchent de nous réunir, nous n'oublions pas, nous rendons hommage... C'est notre devoir de mémoire collectif....

  • Haut de page