Ville de Margny-Lès-Compiègne - Une ville qui bouge !

Navigation principale

Infos...

La Région Hauts de France, en partenariat avec l'Agglomération de la Région de Compiègne et les entreprises du Compiégnois, lance un site internet pour consulter les offres d'emploi à proximité.
Contact : 0344854468 ou severine.pillon@prochemploi.fr

En savoir plus...

Carte interactive

Carte interactive

Les associations

Consulter l'annuaire des associations de la ville de Margny-les-Compiègne.

Entrez

Comment venir

Hôtel-de-Ville :
117 avenue Octave Butin
BP 90109
60281 Margny-Lès-Compiègne Cedex
Tél. : +33 (0) 3 44 90 73 00
Fax : +33 (0) 3 44 83 23 95

E-administration

En ligne: paiement restauration scolaire, multi-accueil et démarches administratives.

Entrez

à ne pas manquer...

Liens utiles

Vous êtes dans : Accueil > Culture > Le Centre André François

Le Centre André François

Le Centre Régional de Ressources sur l'Album et l'Illustration

Présentation

Le Centre André François a vu le jour en 2010. Il est né de la volonté du maire Bernard Hellal et de son équipe municipale avec le soutien financier de la DRAC sur une idée originale d’une grande dame de la littérature de jeunesse qui admirait André François : Janine Kotwica.

Ensemble, ils ont voulu créer un lieu qui rende hommage à cet artiste qui vécut non loin de Margny-lès-Compiègne.

Centre Régional de Ressources sur l’Album et l’Illustration, le lieu a pour vocation de faire connaître les artistes et de conserver des albums. Bien que peu de gens en aient conscience, le livre est un produit périssable qu’il faut sauvegarder : de nombreux albums de notre enfance sont devenus introuvables.

Ici à Margny, nous sommes la mémoire visuelle du travail réalisé par les illustrateurs au fil du temps et nous remercions d’avance les donateurs de livres de jeunesse anciens.

Le Centre, ayant pris le nom d’André François, se doit d’acquérir et de conserver les œuvres de cet artiste, parfois grâce au soutien de généreux sponsors, mais toujours grâce au budget municipal et aux subventions de la DRAC. Nous mettons en valeur ces acquisitions  régulièrement lors d’expositions.

Notre public, c’est d’abord vous bien sûr, mais également des classes avec leurs enseignants, des professionnels du livre, des bibliothèques, de l’enseignement et de la petite enfance, des étudiants, des chercheurs, … Chacun est accueilli ici par une équipe qui s’adapte à vous : visite guidée ou non, réponse à vos questions, prise de rendez-vous pour des accueils de groupes spécifiques…

L’entrée est libre et gratuite : nous sommes au 1er étage de la médiathèque Jean Moulin. Venez, il y a toujours quelque chose à y découvrir !

Centre André François
Centre Régional de Ressources sur l'Album et l'Illustration
au 1er étage de la Médiathèque Jean Moulin
70, rue Aimé Dennel
Tél : 03 44 36 31 59
Contact : Catherine Palomar Directrice
Gwendoline Aniskoff Chargée de Communication
Courriel : c.palomar@mairie-margnylescompiegne.fr et contact@centreandrefrancois.fr

_____________________________________________________________________

Qui était André François ? 

Artiste célèbre dans le monde entier, André François était né en 1915 à Timisoara, une ville « assez grande avec des fortifications qui dataient de l’occupation turque » et qui appartenait alors à la Hongrie.

Arrivé en France à l’âge de 18 ans, il a très vite embrassé la nationalité française. Il  épousera une anglaise. Deux enfants et une guerre plus tard, le couple s’installera à la campagne, dans le Vexin, à 80 kms environ de Margny-lès-Compiègne. André avait son atelier au fond du jardin à Grizy-lès-Plâtres. Il s’y éteindra en 2005 après une vie bien remplie.

Sorti de l’école des Beaux-Arts de Budapest, il étudia à Paris l’illustration graphique et le dessin sous la direction du célèbre affichiste Cassandre, réputé pour la qualité de son enseignement. Grand créateur, à l’humour plein de tendresse, André François aura la joie de réaliser de nombreuses couvertures de magazines (The New-Yorker, Vogue…) et de livres (chez Penguin Books), des affiches (pour les Galeries Lafayette, l’Unesco, la SNCF, le Nouvel Observateur, Citroën, le cinéma, pour des expositions…), des livres pour enfants dont Les Larmes de crocodile traduit dans 16 pays, des dessins d’humeur pour des revues satiriques (Lilliput, Punch) ou la presse de gauche (la Tribune des nations), des décors et costumes de théâtre (d’abord pour Roland Petit mais aussi pour Gene Kelly),  des collages (bois flottés, cailloux, papillons…), des sculptures,…Il aura la chance de voyager en Angleterre, en Amérique, mais aussi  dans des ports d’escale (Beyrouth, Alexandrie, Bombay…). Occasions multiples pour peindre et dessiner… Tout son univers  de rêves et de fantaisie est là.

Il aimait dire : « Nous sommes tous des porteurs de miroirs et nous essayons de découvrir notre vérité et notre image dans le miroir que sont les yeux des autres. »

Et aussi : « La peinture transforme le passé en présent. J’aime cette alchimie : la transformation du bois en temps, du fragment de rocher en joie ». « Je cherche en taillant la pierre ou le bois à en dégager ce qui s’y trouve déjà, à y découvrir ce qu’ils veulent exprimer : c’est pour moi un jeu extrêmement passionnant ».

Mais c’est sans doute son plus fidèle ami et éditeur de la première heure qui le définit le mieux, Robert Delpire : « l’un des artistes les plus importants de son temps. »

  • Haut de page